Parc de Caubel

Montferrier s’agrandit

Le cap des 3500 habitants vient d’être franchi dans notre village. De très nombreux textes législatifs font référence à ce seuil. Cela impose à notre commune de nouvelles obligations concernant le fonctionnement du Conseil Municipal ou en matière de solidarité communale. Mais il est un domaine où ce changement va devenir capital : celui des logements sociaux !

Le dépassement du seuil des 3500 habitants était largement prévisible et ce depuis longtemps. Dès 2001, les différents équipes d’opposition de gauche aux élections municipales n’ont cessé d’attirer l’attention des citoyens et de l’équipe municipale sur le besoin d’anticipation, sur le fait que nous serions irrémédiablement soumis aux obligations de la loi SRU du 13 décembre 2000 et qu’il était urgent de s’y préparer. Son article le plus connu, l’article 55, impose aux communes urbaines de plus de 3500 habitants de disposer d’un taux minimal de logements locatifs sociaux, fixé à 25 % en 2013, sous peine de devoir payer des amendes importantes. La majorité municipale aux affaires depuis bientôt 30 ans fait semblant de découvrir ce problème aujourd’hui, alors qu’il aurait été aisé d’anticiper et d’y faire face depuis plus de 15 ans.

Il manque entre 320 et 350 logements sociaux sur Montferrier, selon les modes de calculs. Ce déficit entrainera le versement d’une contribution de plus de 70 000 € par an à un fond national de soutien aux logements sociaux en France. Si des initiatives n’étaient pas rapidement prises pour combler ce retard, la commune pourrait être déclarée carencée et voir sa contribution majorée jusqu’à cinq fois. En dernier recours, le préfet pourrait même se substituer à la commune pour préempter des terrains et imposer les programmes de construction.

Mais pourquoi le logement social fait-il si peur ?

Il en existe de bien différents types allant des logements à loyer modéré, construits et gérés par des organismes publics ou privés, à la coopérative d’habitations dont la formation a été subventionnée et aidée par les pouvoirs publics, en passant par des logements subventionnés ou conventionnés, des résidences à destination de publics fragiles et aux revenus modestes (étudiants, personnes âgées, personnes en difficultés).

Cet habitat social peut être de tout type : certes souvent sous la forme de grands ensembles dans les communes importantes, mais le plus souvent sous la forme de petits collectifs ou de logements individuels dans des copropriétés pavillonnaires pour des communes de faible taille comme Montferrier.

Enfin, pour finir de démystifier, plus de 30% de la population française dispose d’un niveau de ressources inférieur au seuil d’accès au logement social.

 Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°133 – Avril Juin 2017

Pour en savoir plus : http://www.logement.gouv.fr/transparence-logement-social

Retour sur l’environnement et le cadre de vie à Montferrier

Au cours de l’été, le Préfet a donné son accord au titre de « la loi sur l’eau » au projet Oxylane porté par Décathlon malgré les oppositions des principales communes impactées par ce projet, l’avis des experts indépendants et celui « plus que mitigé » du Conseil de l’Environnement et des Risques sanitaires et technologiques (CODERST – commission administrative départementale qui émet un avis sur les projets d’arrêtés préfectoraux instruits par un service de l’Etat).

« vivons montferrier », à travers le collectif Oxygène dont il est membre, maintient son opposition au projet Oxylane. Une réunion publique et festive permettra de faire le point des actions en cours et de décider des prochaines, le 18 septembre à 18h30 au Domaine de Cassagnole à Prades-le-Lez en présence, nous l’espérons, d’un grand nombre d’opposants dont la mobilisation est encore indispensable.

Le très beau succès obtenu par le film de Geoffrey Couanon « La valeur de la terre », le 28 juin dernier lors de sa présentation au cinéma Utopia, montre l’intérêt des populations pour la préservation des terres agricoles et des zones naturelles à proximité des villes. Elle traduit aussi la volonté des citoyens de ne pas laisser s’installer sur des terres agricoles un centre commercial qui va, nous en sommes convaincus, à l’encontre de l’intérêt général.

Mais, au-delà, alors que les gouvernements se penchent sur l’état de la planète et le réchauffement climatique, qu’en est-il à Montferrier des préoccupations environnementales et énergétiques ?

Montferrier dispose d’un patrimoine naturel remarquable comme le massif de Baillarguet ou le Lez, d’un patrimoine historique comme l’aqueduc (propriété de la ville de Montpellier), le château et ses terrasses ou l’église qui sont autant d’atouts à mettre en valeur. Ce qui pourrait constituer un cadre de vie exceptionnel à transmettre aux générations futures, subit continuellement des dégradations naturelles et humaines dont la responsabilité est à la fois individuelle et collective. Bien peu d’actions sont aujourd’hui entreprises par la commune pour les limiter.

La réflexion sur l’aménagement de Baillarguet et de son environnement est toujours au point mort. Seul un projet de la Métropole concernant la réhabilitation du hameau pour y installer des logements sociaux est en cours d’instruction. Qu’en est-il d’une réflexion d’ensemble sur l’aménagement du site ?

Que dire de l’efficacité énergétique de nos bâtiments publics, de la rénovation de l’éclairage public, des entrées du village, de l’entretien des espaces publics, des places, jeux d’enfants et trottoirs qui donnent une piètre image de notre village.

Cela fait longtemps que cette situation perdure. Même si une partie de ces compétences est aujourd’hui de la responsabilité de la Métropole, l’équipe municipale doit s’engager à faire avancer ces dossiers en se mobilisant au plus près des services compétents et en engageant les réflexions nécessaires au sein des commissions municipales concernées. « vivons montferrier » est prêt à prendre une part active dans ces réflexions et soutiendra toutes les actions qui iront dans le bon sens.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°125 – Septembre Octobre 2015

Modification du PLU de Montferrier sur Lez : le rapport du commissaire enquêteur

Le commissaire enquêteur vient de remettre son rapport sur la modification du PLU ou Plan Local d’Urbanisme de Montferrier sur Lez.

Après avoir passé en revue et commenté les 30 observations inscrites sur le registre d’enquête publique et les 9 courriers reçus en Mairie, le commissaire enquêteur a émis un avis favorable au projet de modification du PLU présenté à l’enquête publique.

Deux recommandations ont aussi été reprises par le commissaire enquêteur concernant notamment la mise en conformité du PLU avec l’article L 111-6-2 du code l’urbanisme dans le domaine de l’utilisation de matériaux renouvelables ou permettant d’éviter l’émission de gaz à effet de serre pour réaliser des parois opaques (toitures et façades) et l’assouplissement des nouvelles règles d’implantation des constructions par rapport à la voie publique en zone UD2 (lotissement « La Devèze »).

Vous pouvez récupérer le rapport du commissaire enquêteur sur notre site en cliquant sur ce lien (le document s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre du navigateur).

Non à un complexe commercial aux portes de Montferrier !

L’ouverture de l’enquête publique sur le permis d’aménager demandé par la société Décathlon au lieu-dit les Fontanelles face au campus de Bissy nous a enfin donné accès à des informations importantes sur ce projet évoqué depuis quelques années.

Après étude du dossier, il s’avère que cet aménagement conduira à la destruction de 23 hectares de terres agricoles et des espaces naturels adjacents, dénaturera irrémédiablement le paysage et entrainera des nuisances importantes pour les habitants de Montferrier : augmentation de la circulation automobile traversant le village, accroissement des risques d’inondations par l’imperméabilisation d’une surface importante du bassin versant de la Lironde, risque de pollution de captages d’eau potable… A l’inverse, les bénéfices attendus en termes de développement économique et d’emplois sont très réduits au regard des pertes d’emplois prévisibles pour les commerces locaux et en raison de la proximité du Centre Commercial de Trifontaine.

En tant qu’élus, il nous semblait important que le conseil municipal de Montferrier sur Lez défende l’intérêt des montferriérains face à ce projet. Nous avons donc souhaité soumettre au vote le 30 septembre dernier, une motion du conseil municipal de Montferrier sur Lez soulignant les désagréments engendrés et présentant un avis défavorable à ce projet. M. le Maire a refusé de mettre au vote cette motion, arguant qu’il ne disposait pas d’informations suffisantes pour le faire, ce qui nous apparait surprenant au regard de sa proximité avec la municipalité de Saint Clément de Rivière, de l’ancienneté du projet et des documents disponibles dans l’enquête publique.

Afin d’informer les habitants de la commune, nous avons organisé avec SOS Lez Environnement une réunion publique d’informations sur ce projet à laquelle plus de 120 personnes ont assisté. Il est regrettable qu’aucun élu de l’équipe municipale majoritaire n’ait souhaité être présent pour y débattre publiquement ou apporter son point de vue.

De nombreux Montferriérains se sont déplacés pour porter un avis sur le registre d’enquête publique ce qui démontre que ce projet les concerne. Par ailleurs, la pétition en ligne avait recueilli, le 19 novembre, plus de 1000 signatures dont près d’un quart provenant d’habitants de la commune.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°121 – Novembre Décembre 2014

Ouverture d’une enquête publique sur le PLU de Montferrier

Une enquête publique sur les propositions de modifications du Plan Local d’Urbanisme de la commune, ou PLU de Montferrier sur Lez, est ouverte depuis le vendredi 17 Octobre 2014 à 14h00 jusqu’au Vendredi 21 novembre 2014 à 17h00.

Les éléments du dossier d’enquête publique et le registre d’enquête sont visibles en Mairie de Montferrier, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 18h00 (attention la Mairie est fermée tous les samedis matin). Vous pouvez aussi récupérer les 3 documents principaux sur notre site en cliquant sur les liens suivants :

1/ Le rapport d’analyse des cabinet d’études

2/ Délimitation des zones du PLU et cartographie au 1/5000ème

3/ Le nouveau règlement du PLU soumis à l’enquête publique

Le Commissaire Enquêteur, Monsieur Hervé SEELEUTHNER, sera présent dans les locaux de la Mairie de Montferrier et recevra les administrés :

  • le 17 octobre 2014 de 14h00 à 17h00
  • le 5 novembre 2014 de 9h00 à 12h00
  • le 21 novembre 2014 de 14h00 à 17h00

Vous pouvez formuler vos observations sur le registre d’enquête ou les adresser par écrit au Commissaire Enquêteur en écrivant à :

Enquête Publique Plan Local d’Urbanisme de Montferrier sur Lez
A l’attention de M. Hervé SEELEUTHNER, commissaire enquêteur
Mairie de Montferrier sur Lez,
Impasse du Château,
34980 Montferrier sur Lez

Un projet impactant aux portes de Montferrier !

A l’initiative de Vivons Montferrier et de SOS Lez Environnement, une réunion publique d’information sur le projet d’installation d’un centre commercial « Decathlon-Oxylane » aux portes de Montferrier a été organisée à Montferrier.

Devant 120 personnes, les intervenants des deux associations ont pris la parole pour présenter le projet (concept, lieu d’implantation, aménagements prévus) et faire part à l’assistance de leurs interrogations vis-à-vis de ce projet, après consultation des dossiers et documents techniques de l’enquête publique en cours.

Ce projet de 23,5 hectares, au Sud de la commune de Saint Clément de Rivière, et aux portes du village de Montferrier, interpelle par l’importance de la destruction d’une partie de la ceinture verte du Nord de Montpellier, constituée de terres agricoles périurbaines en exploitation et d’espaces boisés.

La localisation et l'emprise du projet de Centre commercial

La localisation et l’emprise du projet de Centre commercial

Les nombreuses réactions du public ont montré, à une quasi-unanimité, une opposition à ce projet : disparition d’une zone naturelle, imperméabilisation de 16,5 ha sur le bassin versant de la Lironde, aménagement des accès non ou mal prévus qui pourrait se traduire par une augmentation de la surface couverte par le projet avec des conséquences importantes pour les communes  de Montferrier et de Grabels.

Vous pouvez visualiser la présentation du projet faite au cours de la réunion publique en cliquant sur l’un des liens suivants :

Haute résolution (pour une vitesse de connexion rapide)

Basse  résolution (pour une vitesse de connexion basse)

Une mairie dans une impasse

Montferrier est sans doute le seul village de France à disposer d’une mairie située … au fond d’une impasse.

mairieCe qui aurait pu se concevoir à une certaine époque, se révèle être aujourd’hui une erreur politique eu égard aux relations avec la population.

Continuer la lecture