Améliorons la concertation et la participation de la population aux décisions

La période estivale s’achève. De nombreuses festivités proposées par la Métropole, la municipalité ou les associations ont permis aux personnes présentes dans le village de se retrouver et de passer ensemble d’agréables moments.

Pour cette rentrée scolaire, la municipalité a fait le choix de conserver le rythme de 5 jours travaillés et l’organisation des temps d’activités périscolaires encadrés par le service enfance jeunesse alors qu’elle aurait pu solliciter une modification des rythmes scolaires comme l’autorisait le décret relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire paru le 27 juin 2017. Les échanges avec les représentants des parents d’élèves et les enseignants, à quelques semaines de la fin des cours, n’ont pas permis d’aboutir à une solution partagée par les différentes parties concernées et par les deux écoles. Cette prolongation d’une année doit être l’occasion de réaliser une évaluation objective de l’organisation mise en place depuis trois ans et d’engager une large concertation entre les parents, les enseignants et les élus. En l’absence de cette phase préparatoire, la même situation de blocage pourrait se reproduire en 2018.

D’autres sujets concernant également le quotidien des montferriérains mériteraient une attention plus grande de la municipalité. On peut citer, entre autres, la desserte de la commune par les transports collectifs. La mise en service de la ligne 26 sur réservation une grande partie de la journée a entraîné une baisse de fréquentation et le mécontentement de nombreux montferriérains. Vivons montferrier s’en était fait le porte-parole auprès de la direction de la TAM qui nous a répondu que toutes les demandes d’aménagement devaient être relayées par la municipalité. Quelle réflexion la municipalité a-t-elle engagé avec les services de la TAM et de la Métropole pour solutionner ces difficultés ? Le projet de Halle aux sports semble enterré ! L’aménagement du pont sur le Lez reste en suspens. Si des travaux ne peuvent être engagés rapidement, il convient d’en avertir au plus vite les montferriérains et de mettre en place une solution alternative (circulation alternée, par exemple) afin d’assurer la traversée en sécurité des piétons et cyclistes.

Comme nous l’avons souvent exprimé par le passé, il nous parait essentiel que les habitants de Montferrier soient mieux informés des projets de la commune afin que les décisions puissent être construites de façon concertée, puis largement partagées avec tous.

Améliorons la concertation et la participation de la population aux décisions !

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°135 – Septembre Octobre 2017

Quelle politique pour les transports publics à Montferrier ?

La terrible année 2015 est maintenant terminée. Espérons que 2016 s’ouvre sur de meilleurs auspices et soit pour tous les français, une année heureuse, de partages et de dons, ouverte aux autres et solidaire. 2016 est aussi une année de transition ; la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées est maintenant effective, la Métropole de Montpellier est en place, le transfert des compétences est achevé. Mais, cela ne doit pas rimer avec inaction et attentisme de la part de la municipalité de Montferrier qui tient une place entière au sein de la Métropole.

Elle doit y faire entendre l’intérêt des Montferriérains.

Parmi les compétences de la Métropole, on trouve notamment l’organisation des transports urbains. Le plan de déplacements urbains (PDU) 2010-2020, voté en 2012 (NB : approuvé le 19 juillet 2012 cf.site métropole), a pour objectifs de favoriser les transports collectifs et de développer des pôles d’intermodalités (Parking + tram + vélo…).

A l’heure où le débat renaît sur la ligne 5 du tramway, connaissez-vous la position du Maire et de ses adjoints sur ce dossier ? Une ligne de tramway, c’est moins de voitures, un air plus sain et plus de mobilité pour tous, notamment les jeunes et les anciens. La ligne 5 permettra de relier les communes du Nord de Montpellier aux universités, aux centres de recherches d’Agropolis et au centre de Montpellier. Montferrier, qui héberge un pôle de recherche et des établissements scolaires sur Baillarguet, en bénéficiera. Le Maire doit donc s’engager pleinement sur ce dossier, le soutenir avec vigueur et être force de propositions avec les communes voisines. Nous en sommes pleinement convaincus.

Mais les actions ne peuvent se résumer au seul tramway. Après 3 années d’expérimentation, quel bilan tirer de l’aménagement des lignes de bus 23 et 26 de la TAM sur Montferrier ? Un bilan assez négatif hélas pour les Montferriérains ! : L’abandon de la desserte de la route de Mende, un bus 23 qui dessert les écureuils entre Clapiers et Prades et une majorité d’horaires sur réservation pour la ligne 26 avec toutes les difficultés que cela engendre . Qu’a fait la municipalité aux affaires, pourtant régulièrement alertée ? Exigeons que la ligne 23 desserve de nouveau la route de Mende (les arrêts existent toujours) et que la ligne 26 bénéficie de quelques horaires sans réservation la semaine entre 9h et 15h et surtout les week-ends et jours fériées où tous les bus sont à réservation. De bien plus petites communes que Montferrier ont obtenu beaucoup plus de la TAM.

Enfin, aucune réflexion n’a été engagée sur l’installation de quelques places de parking dédiées au covoiturage sur la commune ou d’une à deux bornes de recharge pour les véhicules électriques. Ces équipements, de compétence communale, sont faciles à mettre en œuvre et seraient un signe fort d’engagement de Montferrier pour les déplacements alternatifs et l’amélioration du cadre de vie.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°127 – Janvier Mars 2016

Des événements marquants en ce début d’année

2015 est là ! Nous souhaitons, pour tous les montferriérains, une nouvelle année heureuse, active et remplie de projets.

L’année a bien mal commencé avec les ignominieux attentats des 7 et 9 janvier. « vivons montferrier » réaffirme à cette occasion son attachement aux valeurs de la République. Espérons que l’unanimité qui a prévalu dans les jours qui ont suivi ces événements se prolonge bien au-delà du mois de janvier dans les actes et les actions de chacun. Laïcité et Solidarité sont des mots puissants quand ils s’accolent à Liberté, Égalité et Fraternité.

Ce début d’année est aussi marqué par le passage en Métropole de la communauté d’agglomération de Montpellier. Comme nous l’avons déjà évoqué, cette transformation se révèle nécessaire pour l’avenir de notre Région. Aujourd’hui les transferts de compétences entre les collectivités locales et la Métropole de Montpellier ne sont pas encore définitivement arrêtés. Nous vous informerons très régulièrement de l’avancement de ce dossier.

2015 sera donc une année de transition. Néanmoins, il ne faut pas que cette situation serve de prétexte à la majorité pour geler tous les projets de la commune comme nous avons pu le constater en 2014.

La lutte contre le projet de centre commercial Oxylane qui doit s’installer aux portes de notre commune se poursuit. Samedi 31 janvier, près de 200 personnes se sont réunies pour afficher leur opposition à ce projet. René Revol (maire de Grabels), Christian Dupraz (conseiller général du canton des Matelles) et plusieurs élus des communes environnantes (Clapiers, Jacou) ont ainsi pris la parole pour dénoncer le projet. Le conseil municipal de Grabels a voté une motion d’opposition. Là encore, nous ne pouvons que regretter l’attentisme et l’absence totale de réaction de la majorité municipale de Montferrier face à ce projet qui impactera très significativement notre vie quotidienne et notre village. « vivons montferrier » prolonge son engagement dans ce combat en s’associant à d’autres associations au sein du collectif : Oxygène. Vous pourrez retrouver sur le site : http://collectif-oxygene.fr/ de nombreuses informations sur les actions et recours engagés.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°122 – Janvier Février 2015

Une Métropole, qu’est-ce ?

Après Paris, Lyon, Marseille, Nice, dix autres villes pourraient se transformer en Métropoles : Bordeaux, Grenoble, Lille, Montpellier, Nantes, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse.

Une Métropole, qu’est-ce ?

Une Métropole est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre présenté dans la loi 2010-1563 du 16 décembre 2010 dite précisément « de réforme des collectivités territoriales ». La Métropole remplacera progressivement les autres formes d’intercommunalités (Communauté de communes, Communauté d’agglomération) autour des grandes agglomérations.

Les objectifs de la réforme sont de :

Créée sans limitation de durée et constituée sur la base du volontariat des communes, la métropole implique un vaste périmètre. Seuls les regroupements de communes de plus de 500 000 habitants à la date de création et les communautés urbaines créées depuis 1966 peuvent se transformer en Métropoles.

Que la Métropole soit créée ex nihilo ou par transformation d’intercommunalités existantes, l’initiative viendra des seuls élus. Une fois saisi de la demande, le préfet prend un arrêté de périmètre, l’accord des conseils municipaux des communes concernées par ce périmètre est ensuite recueilli. Si une majorité (moitié des communes représentant les deux tiers de la population, ou l’inverse) se prononce en faveur de la Métropole, elle est créée.

Compétences

La Métropole exerce de plein droit, sur le périmètre défini, de nombreuses compétences, en lieu et place des communes, du département et de la région. Leur arrivée va bouleverser le paysage de l’intercommunalité en France, modifier profondément les compétences gérées par les communes et les responsabilités du Maire et des conseils municipaux.

Les nombreuses compétences obligatoires des Métropoles peuvent être présentées comme l’addition des compétences traditionnelles des communautés urbaines (politique locale de l’habitat, gestion de l’eau et de l’assainissement, les cimetières, les abattoirs…), auxquelles s’ajoutent des compétences exercées en lieu et place du département (transports scolaires, gestion des routes départementales, zones d’activités et promotion à l’étranger du territoire départemental) et de la région (activités économiques, promotion à l’étranger du territoire régional). De plus, la Métropole pourra exercer des compétences supplémentaires du département (action sociale, collèges, développement économique, culture, tourisme, équipements sportifs) ou de la région (lycées et développement économique). L’État peut aussi lui confier la propriété et la gestion des grands équipements et infrastructures.

Sur le plan financier, les Métropoles reposent sur le principe de l’unification de l’impôt foncier bâti, reçoivent une dotation spécifique d’intercommunalité et peuvent cumuler l’ensemble des dotations globales de fonctionnement (DGF) des communes qui la composent avec leur accord. Les organes de fonctionnement d’une Métropole, la répartition des pouvoirs en son sein et son budget relèvent des dispositions applicables aux communautés urbaines.

Le projet de loi sur les Métropoles a été adopté en deuxième lecture par le Sénat le 7 octobre 2013. Il revient à l’Assemblée Nationale pour une adoption définitive.

Des changements pour la rentrée 2014…

Le temps des vacances pour la majorité d’entre nous se termine. Nous espérons que vous avez profité des mois d’été et des nombreux festivals et animations proposées à Montferrier, dans l’Agglomération et au-delà.

Cette année, la rentrée est marquée par la nouvelle organisation des temps scolaires et périscolaires pour les enfants de maternelle et de primaire. Après concertation avec la communauté éducative et les parents, la municipalité a décidé la mise en place des temps d’activités périscolaires les lundis et vendredis de 15h30 à 17h30. Des activités gratuites sont organisées par le service Accueil de Loisirs Périscolaires (ALP). Une centaine d’enfants de maternelle et de primaire étaient inscrits le 4 septembre et nous tenons à saluer le travail réalisé par la directrice et l’équipe d’animateurs. En parallèle, les associations sportives et culturelles de Montferrier ont été sollicitées pour proposer leurs activités pendant ces mêmes horaires. Elles se déroulent au sein de l’école ou à l’extérieur mais sont payantes pour les familles. Cette organisation limite le coût des temps périscolaires pour la commune tout en permettant une grande diversité d’activités financées par les familles, mais elle nous paraît aussi discriminante car elle restreint les possibilités d’activités gratuites, limite les interactions de l’ALP avec les associations et prive l’ALP des espaces qui sont réservés aux associations. Nous souhaitons qu’une évaluation de cette organisation soit réalisée au bout de quelques mois de fonctionnement afin de recueillir l’avis des parents et de la communauté éducative et de permettre des évolutions.

Le conseil municipal devra se prononcer avant la fin du mois de septembre sur le principe de la création de « Montpellier Métropole » déjà approuvée en conseil d’agglomération le 17 juillet. Dans le cadre de la réforme territoriale, de la fusion des Régions et de la disparition programmée des départements, le passage à la Métropole nous paraît s’imposer, même s’il convient de rester vigilant sur les transferts de compétences entre les communes et la Métropole. Le statut de Métropole permettra à Montpellier de se doter de compétences aujourd’hui réservées aux Régions et aux Départements et ainsi d’asseoir sa position dans le cadre de la grande Région issue de la fusion du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées.

La mise en place d’une Régie publique de l’eau a été votée par le conseil d’Agglomération fin juillet. Elle sera effective en janvier 2016 pour Montferrier et 12 autres communes. Un comité citoyen de suivi a été constitué dans un objectif de transparence et des réunions publiques pourront être organisées à la demande des élus de l’Agglomération. Nous nous réjouissons de cette décision que nous avions défendue lors de la campagne.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°120 – Septembre Octobre 2014