Défendre des valeurs face à des démocraties chancelantes

Avant toute chose, nos pensées vont vers les victimes des tragiques évènements qui sont survenus dans notre commune dans la nuit du 25 au 26 novembre dernier. Qu’ils trouvent ici l’expression de notre soutien et de notre compassion.

Loin de chez nous, mais si près pourtant par bien des aspects, l’élection aux États-Unis a vu la victoire d’un candidat improbable, symbole de nos démocraties malades, incapables de traduire la volonté progressiste majoritaire des peuples. L’année 2017 sera pour notre pays une étape cruciale. Il existe aujourd’hui un risque important pour que nous devions choisir, par défaut, le candidat le moins mauvais et non le meilleur. A nous tous de nous engager pour faire émerger d’autres solutions et éviter que cette période ne se traduise par des régressions sociales et économiques majeures.

Comme vous avez pu le constater des travaux importants sont entrepris sur la commune. Ceux-ci ont été engagés par la Régie Publique de l’Eau de la Métropole de Montpellier qui s’est mise en place le 1er janvier dernier.

Cela nous donne l’occasion de revenir sur ce dossier. Auparavant, la distribution de l’eau et la gestion des réseaux étaient assurées par un délégataire privé. Cette gestion s’est avérée défaillante, elle s’est traduite par une dégradation continuelle des services et des réseaux. Cela a été confirmé par l’état des lieux réalisé, dès 2013, par les services de l’eau et de l’assainissement de l’agglomération de Montpellier, qui a conclu à des performances techniques moyennes avec des pertes de l’ordre de 18 m3/jour et km de réseau et à des pratiques de renouvellement du réseau et de réparations se situant bien en deçà des moyennes nationales.

La mise en place de la Régie Publique de l’Eau s’est traduite, dès cette année, par une réduction du prix de l’eau de 10 %. La rénovation des réseaux en cours et la mise en place de compteurs généraux permettant de mesurer avec précision les pertes des réseaux sont des éléments favorables à une gestion durable, plus économe et efficiente des ressources en eau de la Métropole de Montpellier.

Vivons Montferrier a toujours été favorable à cette solution qui présente un mode de gestion transparent et participatif permettant de privilégier l’intérêt des citoyens, plutôt que celui de grands groupes privés.

En cette période où beaucoup de personnes s’interrogent sur l’efficacité et l’utilité de nos services publics, prônant un large recours à la gestion privée y compris pour des services essentiels au citoyen comme la santé ou l’éducation, ce simple exemple démontre aisément le bien-fondé d’une gestion publique.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°131 – Novembre Décembre 2016