Défendre des valeurs face à des démocraties chancelantes

Avant toute chose, nos pensées vont vers les victimes des tragiques évènements qui sont survenus dans notre commune dans la nuit du 25 au 26 novembre dernier. Qu’ils trouvent ici l’expression de notre soutien et de notre compassion.

Loin de chez nous, mais si près pourtant par bien des aspects, l’élection aux États-Unis a vu la victoire d’un candidat improbable, symbole de nos démocraties malades, incapables de traduire la volonté progressiste majoritaire des peuples. L’année 2017 sera pour notre pays une étape cruciale. Il existe aujourd’hui un risque important pour que nous devions choisir, par défaut, le candidat le moins mauvais et non le meilleur. A nous tous de nous engager pour faire émerger d’autres solutions et éviter que cette période ne se traduise par des régressions sociales et économiques majeures.

Comme vous avez pu le constater des travaux importants sont entrepris sur la commune. Ceux-ci ont été engagés par la Régie Publique de l’Eau de la Métropole de Montpellier qui s’est mise en place le 1er janvier dernier.

Cela nous donne l’occasion de revenir sur ce dossier. Auparavant, la distribution de l’eau et la gestion des réseaux étaient assurées par un délégataire privé. Cette gestion s’est avérée défaillante, elle s’est traduite par une dégradation continuelle des services et des réseaux. Cela a été confirmé par l’état des lieux réalisé, dès 2013, par les services de l’eau et de l’assainissement de l’agglomération de Montpellier, qui a conclu à des performances techniques moyennes avec des pertes de l’ordre de 18 m3/jour et km de réseau et à des pratiques de renouvellement du réseau et de réparations se situant bien en deçà des moyennes nationales.

La mise en place de la Régie Publique de l’Eau s’est traduite, dès cette année, par une réduction du prix de l’eau de 10 %. La rénovation des réseaux en cours et la mise en place de compteurs généraux permettant de mesurer avec précision les pertes des réseaux sont des éléments favorables à une gestion durable, plus économe et efficiente des ressources en eau de la Métropole de Montpellier.

Vivons Montferrier a toujours été favorable à cette solution qui présente un mode de gestion transparent et participatif permettant de privilégier l’intérêt des citoyens, plutôt que celui de grands groupes privés.

En cette période où beaucoup de personnes s’interrogent sur l’efficacité et l’utilité de nos services publics, prônant un large recours à la gestion privée y compris pour des services essentiels au citoyen comme la santé ou l’éducation, ce simple exemple démontre aisément le bien-fondé d’une gestion publique.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°131 – Novembre Décembre 2016

Des changements pour la rentrée 2014…

Le temps des vacances pour la majorité d’entre nous se termine. Nous espérons que vous avez profité des mois d’été et des nombreux festivals et animations proposées à Montferrier, dans l’Agglomération et au-delà.

Cette année, la rentrée est marquée par la nouvelle organisation des temps scolaires et périscolaires pour les enfants de maternelle et de primaire. Après concertation avec la communauté éducative et les parents, la municipalité a décidé la mise en place des temps d’activités périscolaires les lundis et vendredis de 15h30 à 17h30. Des activités gratuites sont organisées par le service Accueil de Loisirs Périscolaires (ALP). Une centaine d’enfants de maternelle et de primaire étaient inscrits le 4 septembre et nous tenons à saluer le travail réalisé par la directrice et l’équipe d’animateurs. En parallèle, les associations sportives et culturelles de Montferrier ont été sollicitées pour proposer leurs activités pendant ces mêmes horaires. Elles se déroulent au sein de l’école ou à l’extérieur mais sont payantes pour les familles. Cette organisation limite le coût des temps périscolaires pour la commune tout en permettant une grande diversité d’activités financées par les familles, mais elle nous paraît aussi discriminante car elle restreint les possibilités d’activités gratuites, limite les interactions de l’ALP avec les associations et prive l’ALP des espaces qui sont réservés aux associations. Nous souhaitons qu’une évaluation de cette organisation soit réalisée au bout de quelques mois de fonctionnement afin de recueillir l’avis des parents et de la communauté éducative et de permettre des évolutions.

Le conseil municipal devra se prononcer avant la fin du mois de septembre sur le principe de la création de « Montpellier Métropole » déjà approuvée en conseil d’agglomération le 17 juillet. Dans le cadre de la réforme territoriale, de la fusion des Régions et de la disparition programmée des départements, le passage à la Métropole nous paraît s’imposer, même s’il convient de rester vigilant sur les transferts de compétences entre les communes et la Métropole. Le statut de Métropole permettra à Montpellier de se doter de compétences aujourd’hui réservées aux Régions et aux Départements et ainsi d’asseoir sa position dans le cadre de la grande Région issue de la fusion du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées.

La mise en place d’une Régie publique de l’eau a été votée par le conseil d’Agglomération fin juillet. Elle sera effective en janvier 2016 pour Montferrier et 12 autres communes. Un comité citoyen de suivi a été constitué dans un objectif de transparence et des réunions publiques pourront être organisées à la demande des élus de l’Agglomération. Nous nous réjouissons de cette décision que nous avions défendue lors de la campagne.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°120 – Septembre Octobre 2014

Retour de l’eau en régie publique.

La communauté d’agglomération s’engage pour le retour de l’eau en régie publique. Une victoire pour les citoyens.

Conformément à l’engagement de Philippe Saurel lors de la campagne des municipales, le premier conseil d’agglomération a voté et adopté, le 7 mai 2014, à une très large majorité le passage à la régie publique de l’eau (77 voix pour, 14 abstentions). Le contrat de l’agglomération avec Veolia prendra donc fin au 1er janvier 2016.

La régie publique concerne 13 communes de l’agglomération dont Montferrier sur Lez qui devraient ainsi bénéficier :

  • d’une diminution du prix de l’eau de 20% environ en relation avec une gestion moins coûteuse,
  • de la possibilité d’instituer une tarification sociale de l’eau,
  • des investissements nécessaires pour assurer la pérennité du réseau,
  • d’une vigilance renforcé la pérennité de la ressource,
  • et plus globalement d’une vision à long terme de la politique de l’eau dans un souci de transparence et de durabilité.

Pour la mise en place de cette régie publique, René Revol, maire de Grabels, a été nommé vice-président délégué à l’eau et aux milieux aquatiques. Un comité citoyen constitué de 24 membres (élus, associatifs, scientifiques, représentants syndicaux, représentants des services de l’agglomération) est chargé d’accompagner le transfert en régie publique. Ce comité émettra des recommandations sur l’organisation et l’avancement du projet qui seront ensuite soumises au conseil d’agglomération. Il permettra d’établir un contrôle citoyen sur la politique intercommunale de l’eau.

Vivons Montferrier se réjouit de cette décision prise sans tarder par le conseil d’agglomération de Montpellier. Comme nous l’avions présenté dans notre programme, nous sommes favorables à ce mode de gestion. L’eau est un bien commun qui doit être géré dans l’intérêt général, ce que garantit la régie publique.

Notre région connaît régulièrement des périodes de déficit hydrique en été. La régie publique permettra de mettre en œuvre une politique de l’eau avec comme ambition de préserver la ressource, de limiter les pertes et de faire des économies. De plus, la volonté exprimée de mettre en place cette régie publique en toute transparence nous paraît un élément essentiel.

Qui gère l’eau et l’assainissement ?

La gestion des compétences de l’eau et de l’assainissement

Eau potable : L’Agglomération de Montpellier s’occupe directement de l’eau potable sur 13 communes. Sur les 18 autres communes, elle assure la représentation/substitution des communes en siégeant dans les syndicats intercommunaux d’eau potable. La gestion de l’eau potable est systématiquement déléguée à des opérateurs privés sur l’ensemble de l’agglomération (Veolia, Saur ou Lyonnaise des eaux suivant les communes).

Assainissement : Cette compétence, exercée sur l’ensemble des communes de l’Agglomération, est déléguée à la Lyonnaise des eaux sur 8 communes de l’Ouest de l’agglomération et à Veolia pour les 23 autres communes.

Assainissement non collectif : Le suivi des installations individuelles est assuré directement par l’Agglomération de Montpellier (SPANC).

Eau brute : L’eau brute est une eau non traitée destinée à l’arrosage des jardins et espaces verts, l’irrigation des terres agricoles, la défense contre les incendies… Cette compétence est assurée directement par l’Agglomération de Montpelier depuis 1994.

Continuer la lecture

La gestion de l’eau à Montferrier

Comment ont évolué les responsabilités sur l’eau à
Montferrier
 ?

La gestion de l’eau à MontferrierJusqu’en 2010, la gestion de l’eau à Montferrier était administrée en régie municipale et l’assainissement délégué à une entreprise privée (Veolia). Pour chaque habitant de la commune, le Maire et son Conseil Municipal avaient pour mandat d’assurer la fourniture d’une eau potable, d’effectuer la maintenance et de réaliser de nouveaux réseaux et installations.

Mais …

Se targuant de ne point augmenter le prix de l’eau, pendant trop longtemps, la Municipalité n’a réalisé ni travaux d’entretien des réseaux, ni installations de captage ou de stockage d’eau potable.

Continuer la lecture

La vérité sur le prix de l’eau

La vérité sur le prix de l’eau à Montferrier sur Lez

Les modalités de facturation de la consommation d’eau et de l’assainissement, et leurs évolutions ces dernières années, rendent complexes les comparaisons et permettent toutes les exagérations, comme celles présentées dans un tract récent d’une liste d’opposition à la municipalité en place.

Nous avons souhaité vous aider à y voir plus clair, en résumant les évolutions et en vous présentant une comparaison objective de l’évolution des prix payés par les Montférrierains entre 2007 et 2013. Cette comparaison est d’autant plus compliquée que le prix de l’eau est progressif et varie en fonction des tranches successives de consommation.

Continuer la lecture