Quelle politique pour les transports publics à Montferrier ?

La terrible année 2015 est maintenant terminée. Espérons que 2016 s’ouvre sur de meilleurs auspices et soit pour tous les français, une année heureuse, de partages et de dons, ouverte aux autres et solidaire. 2016 est aussi une année de transition ; la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées est maintenant effective, la Métropole de Montpellier est en place, le transfert des compétences est achevé. Mais, cela ne doit pas rimer avec inaction et attentisme de la part de la municipalité de Montferrier qui tient une place entière au sein de la Métropole.

Elle doit y faire entendre l’intérêt des Montferriérains.

Parmi les compétences de la Métropole, on trouve notamment l’organisation des transports urbains. Le plan de déplacements urbains (PDU) 2010-2020, voté en 2012 (NB : approuvé le 19 juillet 2012 cf.site métropole), a pour objectifs de favoriser les transports collectifs et de développer des pôles d’intermodalités (Parking + tram + vélo…).

A l’heure où le débat renaît sur la ligne 5 du tramway, connaissez-vous la position du Maire et de ses adjoints sur ce dossier ? Une ligne de tramway, c’est moins de voitures, un air plus sain et plus de mobilité pour tous, notamment les jeunes et les anciens. La ligne 5 permettra de relier les communes du Nord de Montpellier aux universités, aux centres de recherches d’Agropolis et au centre de Montpellier. Montferrier, qui héberge un pôle de recherche et des établissements scolaires sur Baillarguet, en bénéficiera. Le Maire doit donc s’engager pleinement sur ce dossier, le soutenir avec vigueur et être force de propositions avec les communes voisines. Nous en sommes pleinement convaincus.

Mais les actions ne peuvent se résumer au seul tramway. Après 3 années d’expérimentation, quel bilan tirer de l’aménagement des lignes de bus 23 et 26 de la TAM sur Montferrier ? Un bilan assez négatif hélas pour les Montferriérains ! : L’abandon de la desserte de la route de Mende, un bus 23 qui dessert les écureuils entre Clapiers et Prades et une majorité d’horaires sur réservation pour la ligne 26 avec toutes les difficultés que cela engendre . Qu’a fait la municipalité aux affaires, pourtant régulièrement alertée ? Exigeons que la ligne 23 desserve de nouveau la route de Mende (les arrêts existent toujours) et que la ligne 26 bénéficie de quelques horaires sans réservation la semaine entre 9h et 15h et surtout les week-ends et jours fériées où tous les bus sont à réservation. De bien plus petites communes que Montferrier ont obtenu beaucoup plus de la TAM.

Enfin, aucune réflexion n’a été engagée sur l’installation de quelques places de parking dédiées au covoiturage sur la commune ou d’une à deux bornes de recharge pour les véhicules électriques. Ces équipements, de compétence communale, sont faciles à mettre en œuvre et seraient un signe fort d’engagement de Montferrier pour les déplacements alternatifs et l’amélioration du cadre de vie.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°127 – Janvier Mars 2016