SCOT, Urbanisme et territoires. Quels changements dans les années qui viennent ?

Peut-être en avez-vous entendu parler ou avez-vous assisté à l’une des réunions publiques qui ont eu lieu ? Depuis deux ans, la Métropole de Montpellier travaille à la révision de son Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT). Le précédent document datait de 2006.

Mais qu’est-ce que le SCOT ? Document de planification, le schéma de cohérence territoriale définit, pour 10 à 20 ans, les grandes orientations d’aménagement du territoire communautaire, les équilibres entre espaces urbanisés, agricoles et naturels et vise à harmoniser les politiques d’urbanisme des différentes communes. Il s’accompagne de différents documents dont les principaux sont le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD), le Plan de Déplacements Urbains (PDU), le programme Local de l’Habitat (PLH) et bien évidemment les Plans Locaux d’Urbanismes (PLU et PLUi) qui régissent les règles à respecter en termes d’urbanisme et de construction 1.

Le projet de SCOT ‘2020-2040’ a été arrêté au Conseil de Métropole du 19 juillet dernier. Ce document entre maintenant dans une phase de consultation des 31 communes, des Personnes Publiques Associées 2, des acteurs économiques… Enfin, une enquête publique est prévue fin 2018, qui permettra aux citoyens et aux associations de s’exprimer. Le SCoT devrait être approuvé par la Métropole dans le courant de l’année 2019.

Le Conseil Municipal de Montferrier a été invité à débattre, le 14 juin dernier, sur l’un des documents du SCOT : le PADD (Plan d’Aménagement et de Développement Durable). A l’initiative des élus de « vivons montferrier », des remarques précises approuvées  par l’ensemble des  conseillers municipaux ont été transmises à  la Métropole. Elles portaient principalement sur l’organisation du territoire métropolitain trop focalisée autour de la ville centre Montpellier, entourée de communes périphériques ayant peu de liaisons entre elles ; sur l’absence d’engagements précis concernant le maintien de la totalité des zones agricoles et vertes actuelles ; sur le peu d’indicateurs chiffrés quant aux objectifs à atteindre ; sur enfin, les projections de croissance de la population métropolitaine qui nous apparaissent peu compatibles avec l’ambition souhaitée de développement durable et harmonieux du territoire métropolitain.

Le SCOT va engager des choix de développement en termes d’urbanisme pour la Métropole pour 20 ans et constituer notamment un document de cadrage pour le prochain PLUI. Il nous paraît primordial que les citoyens puissent avoir un regard critique sur les choix qu’il implique au-delà des objectifs souvent louables qui sont annoncés.

Vivons montferrier s’engage à suivre ce dossier et à continuer à informer les habitants de Montferrier.

1 L’essentiel des documents de travail, rapports intermédiaires ou définitifs, cartes et plans sont consultables sur le site de la Métropole de Montpellier en cliquant ici. Les principaux documents du SCOT sont disponibles sur le site de vivons Montferrier, ainsi que les remarques émises sur le PADD par le Conseil Municipal de Montferrier sur Lez. Vous les trouverez en cliquant ici.

2 Les Personnes Publiques Associées sont les services de l’Etat, les conseils Régional et Général, les Chambres consulaires : Chambre d’Agriculture, Chambre de Commerce et d’Industrie et Chambre des Métiers, les parcs naturels, les agences de bassin…

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi. Journal Entre Lez et Lironde n°140 – Septembre Octobre 2018

Les principaux documents du SCOT de la Métropole de Montpellier

Attention, certains documents concernant le SCOT de la Métropole de Montpellier sont très volumineux. Le temps de chargement peut être long.

Les remarques du Conseil Municipal de Montferrier sur Lez sur le Plan d’Aménagement et de Développement Durable de la Métropole de Montpellier_- le 14 juin 2018

 

 

SCOT – Bilan de la concertation 2018

 

Présentation du SCOT au Conseil de Métropole du 19 juillet 2018

 

 

SCOT_Tome 1_Rapport de présentation_complet

 

 

 

SCOT_Tome 2_Plan d’Aménagement et de Développement Durable

 

 

SCOT_Tome 3_Document d’Orientation et d’Objectifs

SCOT_Tome 3_Document d’Orientation et d’Objectifs_Les cartes

 

 

Le SCOT approuvé en 2006 par l’Agglomération de Montpellier

Bilan réalisé en 2015 sur l’exécution du SCOT approuvé en 2006

Montferrier, village en mouvement !

Samedi 26 mai, quelques affiches de couleur où l’on pouvait lire « Bien vivre c’est s’occuper des autres et préserver leur avenir », « C’est dans un lieu à échelle humaine agréable, beau, vivant », « Ce que l’on recherche c’est la proximité avec les gens, avec la nature, avec les lieux », « Vivre bien c’est partager un verre avec les copains » etc… ont côtoyé les étalages du marché. En répondant à la question « Bien vivre, c’est quoi pour vous ? », dans le cadre de l’initiative dite « porteurs de paroles », une trentaine de personnes de 20 à 80 ans ont exprimé leur volonté de vivre ensemble, leur préoccupation pour les autres, leur désir de partage mais aussi leur souci de préserver la nature et leur cadre de vie.

Ces discussions très spontanées ont pu se poursuivre lors de la soirée organisée par vivons montferrier au foyer municipal, le 8 juin et qui a rencontré un beau succès. Environ 80 anciens et nouveaux habitants de Montferrier se sont retrouvés pour visionner le film « Sacré village » de Marie Monique Robin et engager ensuite un débat passionnant auquel ont participé Isabelle Touzard, maire de Murviel les Montpellier et des membres de l’association « Grabels en transition ».

Le film relate ce qui a été entrepris à Ungersheim, village de 2200 habitants dans le Haut Rhin (bassin potassique) à l’initiative du maire. En 2009, il a engagé la commune dans un programme de démocratie participative intitulé « 21 actions pour le 21ième siècle ». Les habitants ont développé des actions collectives et individuelles qui visent à atteindre l’autonomie alimentaire et énergétique du territoire, à encourager la production et la consommation de proximité, à promouvoir des formes d’habitat durable, à créer des emplois locaux pérennes, à préserver la biodiversité et à nourrir les liens communautaires.

Cette histoire montre que la transition vers une société plus durable est l’affaire de tous et qu’elle est le fruit d’une rencontre entre la volonté d’individus de repenser leur mode de vie et celle des autorités publiques de stimuler les initiatives. C’est cette volonté que les intervenants ont illustré en présentant les actions qu’ils ont pu entreprendre en tant qu’élus et citoyens.
Un film et des témoignages très enthousiasmants qui ont suscité chez les participants, l’envie de continuer à se rencontrer. Quelques idées ont émergé comme l’organisation régulière de « porteurs de paroles », d’une soirée pour recueillir des projets ou pour évoquer le sujet des transports, ou d’une information sur les documents d’urbanisme.

Une dynamique est en train d’émerger qu’il nous appartient à tous d’entretenir pour plus d’échanges et nous permettre ainsi de bien vivre à Montferrier !

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi. Journal Entre Lez et Lironde n°139 – Juillet Août 2018

Initiatives locales et échanges sur l’évolution de notre village

http://www.vivons.montferrier.org/wp-content/uploads/2018/11/transition.jpg

Village en transition

Le 8 juin dernier, Vivons Montferrier a organisé une projection débat sur le thème « Villages en mouvement. Engager des initiatives pour inventer l’avenir ». Plus de 80 personnes ont participé à cette soirée, débutée par un apéritif sympathique. Le film de Marie Monique Robin « Sacré village. Ungersheim, village en transition » nous a emmenés à Ungersheim, village alsacien de 3000 habitants. Ce village, sous l’impulsion de son maire, a engagé une série de projets pour réduire la consommation d’énergie, tout en créant des emplois et en dynamisant le vivre ensemble. Le documentaire nous fait partager ces différentes initiatives locales : potager bio ; régie de repas collectifs qui fournit la cantine scolaire et celles des environs ; centrale solaire sur une friche industrielle ; habitat collectif écologique ; etc.

Animé par Jacques Carrillo, le débat qui a suivi a mis en avant les nombreuses attentes des participants, mais aussi leurs idées et initiatives. Les témoignages de Isabelle Touzard, maire de Murviel-les-Montpellier, et deux personnes de Grabels en transition ont montré qu’il était possible de faire des choses, ici aussi. Qu’elles viennent d’associations de citoyens ou d’une impulsion municipale, les initiatives doivent être ancrées dans le local et faire l’objet de concertations approfondies.

Les participants ont soulevé trois principaux intérêts, autour desquels Vivons Montferrier proposera des initiatives dans les mois prochains :

  • Poursuivre l’expérience des « porteurs de parole », qui permettent aux citoyens de s’exprimer et d’échanger, à l’image de la première expérience du 30 mai.
  • Réfléchir aux façons de favoriser le covoiturage dans les trajets professionnels vers Montpellier.
  • Informer sur les politiques d’aménagement en cours de débat (Schémas de cohérence territoriale, Plans locaux d’urbanisme, etc.), dont les choix vont orienter le devenir de notre village.

La démocratie participative. Pourquoi pas à Montferrier ?

Le 15 février, le Tribunal administratif de Montpellier a suivi les recommandations du rapporteur en annulant le permis d’aménager délivré par M. le Maire de Saint Clément de Rivière à Décathlon pour le lotissement commercial « Oxylane » aux motifs de son impact dommageable à la viabilité des espèces protégées de chauve-souris et de l’absence de mesures permettant de préserver leur zone principale de chasse. Il a cependant laissé la possibilité à Décathlon de redéposer un permis modificatif. Cette décision montre bien que des arguments de préservation peuvent être entendus face à un projet d’urbanisation.

Le maintien de la biodiversité devrait être une préoccupation majeure. Une étude récente particulièrement inquiétante, portant sur 144 espèces d’oiseaux dans 25 pays européens, révèle la disparition de 420 millions d’oiseaux d’espèces communes en moins de trente ans1 notamment à cause des méthodes « modernes » d’agriculture et de la destruction de leur habitat. La pression exercée par l’humanité sur les écosystèmes est telle que la moitié des animaux sauvages a disparu de la planète en seulement 40 ans. C’est un déclin sans précédent de la biodiversité !

Comment intervenir sur les politiques pour que soient réellement pris en compte les enjeux environnementaux et sociaux actuels ? Il n’existe à nos yeux qu’une voie : les citoyens doivent se réapproprier la politique, en redevenir les acteurs et ne plus se contenter d’une démocratie par délégation. Une nouvelle démocratie, qualifiée de « participative » puisque la participation citoyenne n’est pas implicite dans la démocratie que nous connaissons aujourd’hui. Celle-ci ne peut se contenter d’approuver des décisions ou de gérer un simple budget participatif limité à quelques actions ponctuelles.

Cette nouvelle démocratie doit consister, de manière bien plus ambitieuse, à engager les citoyens à réfléchir à un projet partagé à l’échelle de la cité. Ce sont les citoyens et non les seuls membres d’une liste, qui identifient des actions concrètes à mettre en œuvre sur leur commune, qui construisent leur programme et choisissent leurs représentants. Les élus qui ont de ce fait participé à l’élaboration du programme, ont pour rôle d’animer et de mettre en œuvre, avec les habitants, la politique qui se coconstruit au cours du mandat. Il s’agit d’un changement majeur du rôle des élus. De telles expériences existent déjà ; elles ont un impact positif sur le lien social, l’économie locale et l’environnement. Cette voie nous semble particulièrement pertinente à l’échelle locale.

Pourquoi ne pas l’expérimenter à Montferrier sur Lez lors du prochain renouvellement du mandat municipal ?

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi. Journal Entre Lez et Lironde n°138 – Avril Juin 2018

1 Etude publiée en novembre 2017 par le journal scientifique « Ecology Letters », codirigée par la Société Royale pour la protection des oiseaux

Élus communaux et citoyens face à la transition énergétique

Transition énérgétiqueL’année 2017 a été la deuxième année la plus chaude depuis le début des relevés météorologiques (Organisation mondiale Météorologique, 18 janvier 2018) avec une augmentation de +0,9°C par rapport à la moyenne 1951-1980 et de + 1,13 °C si l’on se réfère à la période préindustrielle (1880-1899). L’objectif de l’accord de Paris sur le réchauffement climatique était de limiter la hausse à 2°C, voire +1,5°C « si possible » à l’horizon 2100. On s’en rapproche très vite. Dans l’Hérault, cela s’est traduit par un été très chaud et une pluviométrie annuelle représentant à peine la moitié de celle d’une année normale.

En tant qu’élus, il est indispensable d’engager notre commune sur une politique de transition énergétique. Cette orientation a déjà été engagée par plusieurs municipalités proches de Montferrier notamment au moyen d’Agendas 21 : plans d’actions élaborés en concertation pour mettre en place un développement durable sur le territoire.

Les actions ciblées visent :
des économies d’eau en encouragent une gestion responsable, et des économies d’énergie par l’isolation thermique des bâtiments, le développement d’énergies renouvelables,
la préservation des espaces naturels et agricoles afin de soutenir une production de proximité et maintenir ou améliorer la biodiversité.
la diminution des émissions de gaz à effet de serre liés au transport en encourageant l’usage des modes alternatifs de déplacements par la mise à disposition d’aires de covoiturage, de parkings à vélos, de bornes pour véhicules électrique et en facilitant les déplacements piétons et cyclistes. Tout cela doit se faire en collaboration étroite avec les communes proches et les services de la Métropole de Montpellier qui mis en place des actions dans le cadre du « Plan Climat Métropolitain ». La mise en œuvre de telles initiatives à l’échelon local avec les citoyens doit être généralisée pour limiter le changement climatique.

Dans ce cadre, vivons montferrier lutte au sein du collectif Oxygène contre le projet Oxylane de construction d’un centre commercial inutile à proximité de Montferrier ? Ce projet est contraire à un développement durable par la disparition des terres agricoles et naturelles qu’il entraînerait et les menaces qu’il ferait peser sur l’économie locale et les commerces de proximité, l’environnement, la biodiversité et le cadre de vie. L’audience sur le recours contre le permis d’aménager a eu lieu le 14 décembre dernier au tribunal administratif de Montpellier. Le rapporteur public a demandé l’annulation partielle du permis d’aménager, pour un vice de forme et la destruction par déboisement d’une aire d’alimentation de chauve-souris protégées. Le tribunal ne suit pas toujours les recommandations du rapporteur, comme nous en avons fait l’amère expérience à Marseille l’an passé. Espérons que cette fois-ci, les conclusions du rapporteur public soient suivies.

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.
Journal Entre Lez et Lironde n°137 – Janvier Mars 2018

FLASH ZAD contre Oxylane

Sauvons les sols qui nous nourrissent,
régulent l’eau et le climat
!

A l’occasion de la journée internationale des sols avec la fédération
DES TERRES PAS D’HYPERS,
de nombreux collectifs citoyens se mobilisent partout en France.

Ensemble, ces collectifs mettront le projecteur sur les projets commerciaux inutiles. Prévus en périphérie des villes, ils entraînent une artificialisation irréversible d’espaces naturels ou à fort potentiel agronomique. Ils conduisent tous au même résultat : destruction de terres nourricières, perte de la biodiversité, destruction des terres mobilisables pour des projets agricoles et alimentaires respectueux de la nature et adaptés aux besoins des citoyens.

Le samedi 2 décembre 14h30 – 16h30
FLASH ZAD contre Oxylane
à Saint Clément de Rivière

Le Collectif OXYGENE avec le soutien d’Alternatiba-Montpellier vous invite à participer à une occupation éclair : deux heures d’actions joyeuses et déterminées pour exiger l’abandon du projet Oxylane-Décathlon, inutile, coûteux, et sauver 19 ha de sols fertiles et 4,5 ha de bois !

Accès

  • en voiture par la route de Ganges, au pont de la Valsière prendre la départementale 127 vers Saint Clément de Rivière
  • transports en commun : bus ligne 24 de la TAM ( un bus toutes les heures). Parcours conseillé Malbosc (tram 1) à 14h03, arrêt Valsière à 14h10. retour : Valsière à 16h20, arrêt Malbosc ou Euromédecine 10 minutes plus tard.
  • à vélo : deux itinéraires sont proposés sur le site du collectif oxygene

Une fois arrivés au campus de Bissy, repérer du côté du terrain les banderoles, les totems et … la foule !

Pour nous aider, vous trouverez aussi ici un tract et un communiqué. Vous pouvez les diffuser le plus largement possible afin d’assurer la réussite de ce rassemblement « éclair ».

Grand Pique-nique contre Oxylane

Dimanche 24 septembre, à partir de 11h

Grand Pique-nique contre Oxylane, pour défendre le site des Fontanelles, zone naturelle et agricole, contre le projet de construction du centre commercial…

Interventions et discussions sur le thème de l’utilisation des terres agricoles et la valorisation de la bio-diversité

Venez en famille, apportez votre pique-nique ! Buvette sur place.Grand Pique-nique contre Oxylane. Defendons le site des Fontanelles contre le projet de centre commercial.Cet événement se situe dans le cadre du « mois de la transition agro-écologique » soutenu par la Métropole de Montpellier : télécharger le programme ici

Vite ça chauffe…

Il est urgent de limiter notre consommation énergétique !

A l’heure où certains pays se détournent, en totale inconscience, de leurs engagements contre le réchauffement climatique pris lors de la conférence sur le climat de Paris en 2015, les français sont incités à réduire leur consommation de ressources fossiles, sachant que leur raréfaction va augmenter leurs coûts et impacter les budgets des ménages, mais aussi à s’y adapter par anticipation en créant des modes de vie plus reliés et plus enrichissants.

Économiser l’énergie, c’est éviter de prendre la voiture pour parcourir 200 mètres, c’est favoriser pour son alimentation une production de proximité, c’est baisser le chauffage de 1°C, c’est mieux utiliser son électro-ménager ou isoler son logement… Si des millions de Français adoptent ces gestes, la consommation d’énergie dans notre pays baissera.

La loi de transition énergétique de 2015 (17 août 2015) fixe les objectifs et vise à mettre en place les outils nécessaires à la construction par tous – citoyens, entreprises, territoires, pouvoirs publics – d’un nouveau modèle énergétique plus diversifié, plus économe et plus participatif.

Au premier plan, l’État et les communes se doivent de donner l’exemple ! Au cœur des obligations de la loi, une baisse de consommation de 25% des bâtiments publics d’ici 2020…

Le décret d’application du Ministère du logement et de l’habitat durable, paru le 9 mai dernier, a introduit cette obligation d’amélioration de la performance énergétique pour tous les bâtiments à usage tertiaire d’une superficie supérieure ou égale à 2000 m². Ces dispositions s’appliquent aussi aux communes propriétaires de bâtiments publics. Pour atteindre les objectifs annoncés, les communes doivent faire réaliser un diagnostic énergétique qui portera sur tous les postes de consommation et qui proposera un plan d’actions (calendrier, coût estimatif des travaux, temps de retour sur investissement). Le diagnostic produit, le plan d’actions et l’avancement de sa mise en œuvre devront être présentés chaque année en conseil municipal.

Au-delà du caractère obligatoire de ce décret pour les bâtiments de plus de 2000 m², afin de limiter sa consommation énergétique, la commune de Montferrier doit s’engager énergiquement dans la rénovation thermique de ses bâtiments publics en devançant toutes les futures obligations. Il nous semble indispensable de faire procéder le plus rapidement possible à une étude énergétique détaillée des bâtiments communaux qui prenne en compte leur état actuel, définisse les objectifs visés, propose un plan d’actions financés dans le temps et un calendrier réaliste.

Nous profitons de cet article pour souhaiter à toutes et à tous de passer un excellent été et de belles vacances pour ceux qui en prennent.

Nous vous invitons aussi à prendre toutes les précautions qui s’imposent face à la canicule qui pourrait sévir notamment en faveur des enfants et des personnes âgées.

 

Pour ‘Vivons Montferrier’, les élus : Michel Bourelly, Isabelle Ehret et Jean-Marie Prosperi.

Journal Entre Lez et Lironde n°134 – Juillet Août 2017

ndlr : Le décret du 9 mai 2017 a été suspendu par le Conseil d’État par ordonnance le 28 juin 2017. Les éléments mis en avant sont que les délais fixés par le décret étaient intenables, puisqu’il fixait une date butoir pour la rénovation thermique de tous les bâtiments à usage tertiaire de plus de 2000 m² à 2020, c’est-à-dire deux ans et demi seulement après la parution du décret. Le gouvernement se propose de repousser la date butoir à 2030 sans remettre en cause le contenu et les objectifs de ce décret.

Pour en savoir plus sur la loi de transition énergétique de 2015, cliquer ici.

Des Terres, pas d’Hypers

Le collectif Oxygene vous invite à une grande journée 

« Des Terres, pas d’Hypers »

SAMEDI 22 avril, de 14h30 à 22h00,
salle du Devezou, Montferrier sur Lez

Toutes les implantations de centres commerciaux provoquent artificialisation des sols, disparition de terres nourricières, appauvrissement et dépérissement des bourgs et centres villes. L’implantation du centre commercial Oxylane prévue par Décathlon à l’extrémité sud  de Saint-Clément-de-Rivière, en périphérie de Montpellier, sur le terrain des Fontanelles (24 ha de terres cultivées et naturelles), aura les mêmes conséquences.

Comment freiner cette consommation irrémédiable de l’espace?

Il y a les recours en justice qui sont loin d’être terminés. Mais, au-delà, les actions citoyennes directement visibles sont essentielles. Le collectif vous invite à une journée d’échanges et de débats, afin de partager avec plusieurs invités de choix les réflexions sur les menaces que fait peser ce projet sur les terres agricoles et les espaces naturels, l’économie locale et les commerces de proximité, l’environnement, et plus généralement la biodiversité et le cadre de vie.

Deux tables rondes suivies de débats seront centrés sur ces problématiques à l’échelle locale et globale. La journée se terminera par une projection-débat du film « Pour quelques hectares de plus ! »

Gageons que cette journée fera émerger des idées nouvelles pour la suite des actions à mener ensemble et pour faire valoir des alternatives adaptées aux enjeux de ce siècle. 

Vous avez été nombreux à exprimer votre soutien en signant notre pétition, en participant généreusement à notre souscription, et notre capacité de résistance à ce projet en dépend largement ! Notre dynamisme repose aussi sur la participation de tous à nos actions. Votre présence est indispensable pour démultiplier les énergies, créer des synergies nouvelles et peser sur les choix décisifs concernant  ce projet. 

Non, ce projet n’est pas « acté » !   Il peut encore être stoppé !

Participer à cette journée est une manière directe et concrète de manifester notre opposition déterminée à ce projet destructeur. Que nous soyons commerçants, paysans, écologistes, riverains ou simples citoyens,  montrons notre implication et notre préoccupation pour le devenir de la terre, du terrain et du territoire !   Nous vous attendons nombreux !

Les discussions pourront se poursuivre aussi pendant les moments de pause, (collation de 16h30 à 17h – repas partagé de 19h à 20h) le collectif proposera sur place des boissons accompagnées de quelques nourritures, mais chacun est invité à contribuer en amenant un plat de son choix.

Informations actualisées sur le site du collectif : http://collectif-oxygene.fr/    –   e-mail du collectif :  collectifoxygene34@gmail.com